Temps de lecture estimé : 9min

Temps d’écriture de l’article : ≈4h

Après 23 semaines de test du sac photo Manfrotto Rear Access, je vais vous livrer mes conclusions quand à la qualité de cet équipement.

Je n’ai pas chercher à user plus que de raison ce matériel pour l’éprouver, mais il m’a suivi dans mes conditions normales de travail et on peut dire qu’en 23 semaines il a un peu voyagé et souffert. Mais je vous rassure tout de suite, il se porte très bien. Je ne peux pas personnellement en dire autant, parce que ce début d’année a été éprouvant.

Il est temps d’en savoir un peu plus sur ce sac photo Manfrotto de la collection Advanced !

Sac photo Manfrotto Rear Access - Test
Un sac petit par la taille, mais assez intéressant en termes de rangements.

Mon 3ème sac photo Manfrotto

Depuis que je suis ambassadeur Manfrotto, j’ai eu l’occasion de tester et éprouver 3 sacs différents, chacun ayant une utilisation à part entière. J’utilise régulièrement le Bumblebee 220 quand je pars pour une session photo où il me faut amener du gros matériel (animalier, sport). De même, j’ai longtemps eu sur le dos le sac Travel Backpack pour des sorties photo légères.

Si le Rear Access est un sac photo de plus petite taille que le Bumblebee, il peut tout de même contenir plus de matériel que le Travel Backpack. Cela dit, il correspond tout de même à une utilisation légère de mon matériel photo.

Typiquement, il m’est indispensable quand je pars faire de la photo de nature (paysage, pose longue, astrophoto). De même, quand j’explore l’urbanisme d’une ville, c’est toujours équipé de ce sac photo Manfrotto, qui est plus léger et simple à transporter que le Bumblebee 220.

Depuis mes débuts en tant que photographe, j’ai usé quelques sacs photo… Et je n’ai pas dérogé à la règle avec le Rear Access en ma possession. 🙂

Mickaël Bonnami Photographe - Equipement Manfrotto - Sac photo - Trépied - Monopode
Le Bumblebee 220 est un équipement de choix pour gérer mon matériel photo sur le terrain !

Le Rear Access aime le voyage !

Ce sac photo est destiné au photographe voyageur, puisqu’il peut être utilisé directement et facilement en cabine. Cela dit, quand je pars, je prends souvent mes plus gros objectifs photo et c’est le Bumblebee qui voyage en cabine. Le Rear Acess est relégué à la soute. Je le transporte dans un grand sac de voyage avec mes habits et le trépied Manfrotto 055.

Arrivé chez moi en début d’année, le Rear Access m’a accompagné lors de mon périple entre l’Écosse et Londres en mai dernier, mais il a connu d’autres ambiances particulières, dont je vais parler plus bas.

J’organise des formations photo (avec VP23) et pour mon prochain voyage photo à Londres en 2020, je prendrais exclusivement ce sac, qui du coup pourra enfin voyager en cabine. Je serais enfin en mode léger dans les rues de la capitale anglaise !

Sac photo Manfrotto Rear Access - Test - Ecosse - Fairy Glen
Dès son tout premier voyage avec moi, le Rear Access a vu du pays et différentes topologies de paysage !

Un sac photo passe-partout !

Bien que léger et de constitution moins solide qu’un sac de la trempe du Bumblebee 220 que je possède, le Rear Access c’est tout de même du costaud. Il m’a accompagné cet hiver au bord de l’Atlantique pour des sessions photo déchainées, où on s’est pris quelques vagues et de la pluie sur le dos…

Même si j’aurais préféré une housse anti-pluie intégrée au sac pour limiter le risque de perte, l’efficacité de ce système n’est plus à prouver. Cette housse anti-pluie permet de poser le sac n’importe où sans craindre de le voir humide ou souillé par de la boue par exemple. Mais je ne le sors que pour une pluie notable, si c’est juste un petit crachin l’étanchéité naturelle du sac photo Manfrotto est suffisante et sécurisante.

Au mois de mars, pendant les Championnats de France de Snowboard, le Rear Access a fait son baptême de montagne et de neige et s’en est très bien sorti. Mais le vrai test aura été mon périple Écosse-Londres.

Atlantique - Royan - Océan Atlantique - Stage photo - VP23 - Mickaël Bonnami Photographe
Avec le sac photo Manfrotto, on a essuyé une belle tempête avec des grosses vagues et beaucoup d’eau salée…

Si ça passe en Écosse…

J’ai coutume de penser que le matériel qui passe l’étape de l’Écosse est de qualité. C’est un pays humide où la pluie et le vent font partie du paysage. Ce sont des conditions photographiques que j’aime particulièrement. Plus le temps est mauvais pour le commun des mortels et plus je me sens dans mon élément. 🙂

Sauf que le matériel n’aime pas ces conditions difficiles et il en souffre. Mais le Rear Access, utilisé quasi exclusivement en Écosse, s’en est très bien sorti. Pourtant, il a gouté l’eau salé de l’Atlantique, je l’ai posé dans l’herbe humide, dans la boue, sur des rochers, je l’ai frotté contre la roche en escaladant des bouts de falaises et je suis tombé avec sur des rochers ultra glissants dans la baie de Talisker….Et je n’avais pas bu de whisky, je le jure !

J’ai failli me blesser sérieusement sur ce coup, d’autant que j’étais seul au monde avec la marée montante… Le sac à dos a protégé parfaitement le matériel à l’intérieur. Il m’a aussi protégé le dos et la tête quand je suis tombé lourdement en arrière. Comme je tenais mon trépied avec l’appareil à la main, je n’ai pas pu tester sa totale protection et très franchement je n’ai pas envie de le faire à l’avenir.

D’ailleurs au passage, ne vous baladez pas sur des rochers plein d’algues glissantes, surtout après la pluie et encore moins avec les jambes du trépied ouvertes. J’ai failli me casser deux doigts dans la chute parce qu’il se sont retrouvés coincé dans les jambes du trépied qui se sont refermées… Je suis ressorti des rochers en boitant, avec un sacré mal à la main et à une cuisse touchée, mais très content d’être encore en état de marche et l’ensemble de mon matériel aussi.

Sac photo Manfrotto Rear Access - Test - Ecosse - Talisker Beach
Cette photo a été prise sur une belle plage au sable clair… d’Écosse ! C’est encore plus étonnant quand on sait que j’ai eu droit à une belle pluie, dans un paysage assez sombre quelques dizaines de minutes auparavant. Et surtout quelques minutes après avoir essuyé une très lourde chute…

Un sac photo fait pour la ville aussi !

Pendant toute une semaine à Londres, j’ai arpenté les rues et marché de très nombreux kilomètres (plus d’une centaine au total) avec le Rear Acces sur le dos. Je ne vais pas vous dire que le poids sur le dos était négligeable ou même agréable, mais ce n’était pas la partie du corps qui me faisait le plus souffrir.

Un des gros avantages de ce sac photo Manfrotto, c’est sa pochette sur le côté qui peut accueillir un trépied Befree. J’avais le Befree Advanced avec moi à Londres et pouvoir l’intégrer au sac, c’est vraiment du confort. Associé au sac, il me permet d’être totalement léger et discret en ville et me permet d’évoluer dans des endroits où la foule est parfois dense.

Autre avantage, on accède au matériel photo seulement depuis l’arrière du sac, ce qui complique fortement la tâche aux pickpockets. Je n’avais pas de craintes particulières en ce sens à Londres, néanmoins, ce système permet de s’enlever une source de stress de la tête. De plus, tout le monde ne devine pas qu’on a un sac photo sur le dos étant donné le style du sac et que le trépied n’est pas visible.

Le rangement sur le haut du haut est adapté à ma boîte à filtres pour les poses longues. J’y range aussi le petit matériel utile à mes prises de vue (lenspen, chiffons, batterie, carte mémoire, etc…).

Sac photo Manfrotto Rear Access - Test - Ecosse - Quiraing
Bien que son utilisation soit plutôt taillée pour la ville, le Rear Access est très utile dans la nature. Ici, il me sert de bureau improvisé.

Ce sac photo Manfrotto est-il parfait ?

Bien sûr que non ! Le sac photo parfait n’existe pas, il ne peut y avoir que des sacs parfaits pour certaines utilisations. En ce qui me concerne, je suis très satisfait du Rear Access pour une utilisation urbaine ou pour la photo de nature que je pratique dès que je le peux.

Il ne faut pas demander à ce sac de porter du matériel très lourd, bien que je possède un Nikon D5 qui n’est pas des plus légers…. Il ne faut pas non plus lui demander de transporter de grandes optiques ou de très nombreux objectifs photo. Mais je ne vous conseille pas non plus de le faire dans un sac photo plus grand, il faut choisir ses optiques, tout comme le sac, en fonction de la session photo que l’on prévoit.

Les coutures, la finition du sac et les glissières ne présentent aucune usure de fatigue après 6 mois d’utilisation, donc c’est parfait de ce point de vue. Je n’ai pas vraiment de critique à faire à ce sac, sauf peut-être un fond un peu plus rigide qui aurait été bienvenue, pour mieux stabiliser le sac au sol en position droite. Et bien sûr, pour mieux protéger le matériel encore.

Même si je l’ai déjà écrit, une housse anti-pluie intégré au sac serait un vrai plus, à mon sens, pour éviter de l’oublier. Ça ne m’est jamais encore arrivé, mais la probabilité que je fasse cette erreur n’est pas nulle. Une rigidité un peu plus conséquente des compartiments à l’intérieur du sac pourraient être aussi intéressante. Avec la gravité et les mouvements de marche, parfois le matériel photo se retrouve un peu de traviole dans le sac. Ce n’est que de l’esthétique, mais si ça me traverse l’esprit, c’est que j’y ai prêté attention. 😉

Sac photo Manfrotto Rear Access - Test - Ecosse - Fairy Pools
La housse anti-pluie est très efficace pour protéger le matériel, je m’en sers à la fois pour la pluie ou pour poser parfois le sac dans la boue ou un sol détrempé ! Avec ce temps, il m’en aurait fallu une seconde aussi efficace pour mon matériel photo et ainsi m’éviter de me séparer de mon propre blouson…

Conclusion

J’ai apprécié de travailler avec mon ancien Travel Backpack, mais le Rear Access est au-dessus à mes yeux ! En terme d’esthétique, je le trouve bien plus joli et j’apprécie le fait de pouvoir cacher tous les accès au matériel photo. Pour le photographe urbain qui ne veut pas se préoccuper des pickpockets constamment, c’est un gros plus.

Le sac est léger est fonctionnel, ce qui est appréciable, tout en protégeant le matériel correctement. Cependant, ce sac photo Manfrotto ne dispose pas d’une robustesse aussi élevée qu’un Bumblebee 220 par exemple. Il ne faut pas non plus lui en demander trop. C’est un sac parfait pour le voyage, pour la ville et pour barouder un petit peu. Ce sac n’est pas taillé pour protéger constamment le matériel dans des conditions extrêmes.

Cela dit, je l’ai pas mal éreinté sur le terrain, avec des conditions pas toujours simples et il ne présente à ce jour absolument aucune usure et je m’en félicite. On verra d’ici quelques mois et années si la tendance se confirme, mais il n’y a pas de raison que ce ne soit pas le cas.

Un bon sac photo doit être un bon investissement et il ne faut pas oublier qu’on y protège facilement des milliers d’euros à l’intérieur… Donc si vous avez un appareil avec 2 ou 3 petits objectifs, ce sac est parfait pour vous ! J’ai même réussi à y entrer un 70-200mm f/2,8 Nikon (non monté sur le D5) en modulant les compartiments. La plupart du temps, c’est un 24mm qui est monté sur mon boîtier, accompagné d’un 14-24mm f/2,8 et d’un 50mm f/1,8. Et je transporte régulièrement mon PC portable 15″ dans le compartiment dédié.

A ce jour, je n’ai aucun bémol ou restrictions vis à vis de ce sac photo Manfrotto, il est parfait pour mon utilisation et je ne compte pas m’en séparer de sitôt !!! 🙂

Trouvez-vous normal de photographier gratuitement ? Avez-vous déjà photographié gratuitement ou connaissez-vous des photographes qui pratique ce « sport » ?

Vous avez aimé cet article ? Inscrivez-vous dès à présent à la newsletter, pour être informé de la sortie des nouveaux articles sur le blog !
A très bientôt !

Déjà plus de 1 011 abonnés à la newsletter ! Pourquoi pas vous ?