Temps de lecture estimé : 10min

Temps d’écriture de l’article : ≈3h

J’ai testé le Storeva Xtrem drive avec un disque dur Toshiba de 500 Go !!!

Vous allez me dire « hey mais c’est quoi ces trucs ? » et je vous répondrai qu’il faut lire cet article pour le savoir bien sûr. 🙂

Je suis régulièrement contacté pour des tests divers et variés et je ne donne pas souvent suite à ces demandes. Mon but n’est pas de collectionner les tests ni de jouer les influenceurs du dimanche… Et encore moins de me faire imposer des conditions idiotes ou de bêtement faire du placement de produit…

Mais quand MacWay, un réseau de boutiques spécialisées en matériel Hi-tech, m’a contacté, j’ai rapidement senti que c’était plus sérieux que d’habitude.

Ils m’ont ainsi fourni le boîtier Storeva Xtrem drive avec un disque dur Toshiba a tester réellement sur le terrain. Et ça tombait bien, parce que je partais en stage photo à Hossegor et dans la foulée au Danemark. 😉

Storeva Xtrem drive - MacWay - Test matériel - Mickaël Bonnami Photographe
Voici à quoi ressemble le boîtier Storeva Xtrem drive !!! Je ne vous fais pas l’affront de vous montrer à quoi ressemble le disque dur. 🙂

Storeva Xtrem drive, mais c’est quoi ce truc ?

Storeva est une marque développé par MacWay et le Xtrem drive est un boîtier anti-choc de compétition (Conforme à la norme militaire MIL-STD-810G). Il a pour but de protéger votre disque dur et vos données. Ce matériel à la particularité d’être IP65 (norme internationale), ce qui garantit que le boîtier est totalement imperméable aux poussières et aux jets d’eau directs.

Sur le papier, le Storeva Xtrem drive est censé résister à une chute de 10m. Qu’en est-il de la réalité du terrain ?

Et bien je vous le dis de suite, je n’en sais rien. Parce que je ne me suis évidemment pas amusé à sauter à pieds joints sur le disque dur. Je vais être franc, mon premier réflex bestial a été de vouloir tester et faire souffrir ce boîtier. Lui faire subir un vrai crash test quoi ! Mais d’une ce n’est pas ce que voulait vraiment mon contact pour ce test. Et je préfère faire un test dans les conditions normales parce que c’est plus cohérent et juste pour vous.

Je me suis juste permis de faire moins gaffe à mon disque dur qu’en temps normal et à provoquer des petits incidents que je contrôle au mieux au quotidien. 🙂

Mais c’est vrai que j’avais plein d’idées d’images et de choses à lui faire subir à ce boîtier pourtant et j’aurais certainement pu faire le buzz avec. Mais bon, il va falloir se contenter d’un article plus mesuré, mais surtout plus cohérent. 😉

Engie Open Biarritz 2019 - Tennis - Manon Arcangioli
Le boîtier de Storeva est vendu pour résister à tous les chocs !!!

Comment s’est déroulé le test du Storeva Xtrem drive ?

J’ai tout simplement fait de ce boîtier et du disque dur Toshiba de 500 Go un outil de travail. Je n’amène pas mes disques durs, ni mon ordinateur directement sur le terrain, je préfère laisser le matériel dans mon logement. Que ce soit chez moi ou à l’étranger, je préfère m’occuper des photos dans de bonnes conditions, quitte à attendre plusieurs jours. Mais c’est aussi parce que ce matériel n’est pas adapté au terrain que je ne l’amène pas sur place.

J’ai bien un disque dur externe que j’utilise pour mes formations photo et pour décharger mes photos quand je pars quelques jours loin de chez moi. Mais je le protège au max et j’ai toujours peur de le bousiller bêtement. Je garde ce disque en cabine dans l’avion par exemple, alors qu’il ne me sert à rien pour le trajet et qu’il serait très bien en soute. Si seulement j’étais sûr qu’il résiste à la « douceur » des lancers des bagagistes… 🙂 🙂 🙂

L’occasion fait le larron, alors j’ai décidé de faire de ce boîtier et du disque dur qu’il contient mon nouveau matériel de terrain. Et je peux déjà vous dire qu’il a sans problème résisté aux passages en soute pour le Danemark. Soit 4 voyages en avion parce que j’avais à chaque fois une escale à Paris. Mais il a fait mieux que ça, vous allez vous en rendre compte. 😉

Copenhague - Danemark - Architecture - Voyage photo VP23 - Mickaël Bonnami Photographe - Nyhavn
Le matériel de test a déjà des kilomètres au compteur, avec notamment un beau voyage au Danemark !

Quels sont les avantages du Storeva Xtrem drive ?

C’est assez facile à deviner, mais évidemment ce boîtier protège très bien le disque dur qu’il contient. Je n’ai pas roulé dessus avec une voiture et je ne l’ai pas balancé du haut de la tour Eiffel. Mais c’est du costaud ! Je ne prends pas de gant avec ce boîtier et je peux me permettre de le jeter sans sourcilier dans mon sac de voyage. Je le case là où il y a de la place, même si c’est une zone à risques où il peut prendre des chocs. Après 2 mois de test, je ne me pose déjà plus cette question quand je pars en session photo. Je me sens libéré de ce « poids » et de ce sujet finalement.

En termes de chocs, je l’ai fait tombé, plusieurs fois, de la hauteur de mon sac photo… sans soucis. J’ai aussi testé de le pousser depuis le haut de mon bureau. Comme si je l’avais bêtement poussé du coude par inadvertance. Là encore, tout est ok pour le disque dur et les données qu’il contient.

Je n’ai pas testé quelque chose de plus extrême que ça, mais ça me parâit suffisant. Dans la vie de tous les jours, je ne sors pas non plus mon disque dur du haut des escaliers… Pour le faire tomber depuis mon bureau, c’était déjà peu évident… Parce qu’avec le revêtement caoutchouc qui protège la coque du boîtier rigide, ça ne glisse pas du tout. Il faut vraiment le pousser intentionnellement pour le balancer par terre…

Bref, le test de chocs est largement ok pour mon utilisation, sachant que je n’ai jamais fait tomber un disque dur de ma vie… Enfin jusqu’à ce test ! 🙂

Dyrehaven - Danemark - Klampenborg - Copenhague - Copenhagen Deer park - Animalier - Parc
On ne le voit pas, mais j’ai coincé le boîtier entre les bois des deux cervidés pour le test. 🙂 🙂 🙂

Est-il vraiment étanche aux jets d’eau et à la poussière ?

Là encore, je ne me suis pas baigné avec mon disque dur, qu’on soit bien d’accord. 🙂

Je n’ai pas non plus mis le Storeva Xtrem drive sous mon lit pour tester sa résistance à la poussière. En revanche, que ce soit à Hossegor ou près de Copenhague, j’avais de l’eau et du sable à dispo. J’ai utilisé cette belle matière pour vérifier si je pouvais faire confiance à ce matériel. 😉

Là encore, je suis partit du postulat où éventuellement je pourrais être amené à décharger mes photos au bord de l’océan ou de la Mer Baltique. Chose que je ne ferais pas en temps normal bien sûr… Parce que je préfère profiter du paysage et du terrain quand j’y suis. Mais admettons, j’ai réalisé la plus belle série de photos de ma vie et je veux de suite les sauvegarder sur place. Mais comme je suis un couillon, j’échappe le matériel sur la plage avec les vagues prêtes à noyer ma production photographique…

Bon et bien en fait, il n’y a pas eu de souci là encore. Pourtant, j’ai joué le gars qui met longtemps à réagir pour sauver son matos dans l’eau… Si, le souci c’est que j’ai ramené du sable dans mon sac photo, parce que j’ai mal nettoyé la coque du disque… 🙂

Pour info, le sable n’était que sur l’extérieur et sous la protection en caoutchouc, mais pas dans la trappe d’accès au port USB.

Storeva Xtrem drive - MacWay - Test matériel - Mickaël Bonnami Photographe
J’ai laissé les vagues venir « lécher » et submerger le matériel pour le test. C’était vraiment bizarre pour moi de faire ce genre de chose, c’est comme un crime prémédité… 🙂 🙂 🙂

Quels sont les points faible de ce matériel ?

Il y a toujours des points faibles, surtout avec un esprit aussi critique que le mien. 🙂

Pour certaines personnes, l’encombrement sera un sujet. Le disque dur et le boîtier Storeva Xtrem drive prend plus de place qu’un simple disque dur externe et il est plus lourd.

Me concernant, je m’en fiche et je ne trouve pas la différence incroyable non plus ! C’est le même type de débat qui m’agace avec les appareils photos hybrides… 🙂

Dans les points faibles, il y a 2 choses qui me dérangent un peu plus. Dont une qui est très très simple à corriger de la part de MacWay. Le boîtier résistant à toute épreuve est livré dans une boîte en carton, mais il est entouré de papier bulle… Non mais allo quoi ? Déjà c’est du plastique et de l’emballage totalement inutile et polluant pour rien sachant l’objet qui est protégé… Mais surtout, ça amène le client à se demander si ce boîtier est si costaud que ça… vu qu’on le protège. Ce qui me paraît contre-productif…

Heureusement il suffit de virer ce bout de plastique pour retrouver de la cohérence et un peu plus d’éco-responsabilité. Ce qui fera aussi gagner de l’argent au passage. 🙂

Le second truc problématique, c’est la trappe d’accès au port USB (auto-alimenté pas besoin de chargeur) pour accéder aux données. Elle est vraiment dure à ouvrir, au point que j’utilise n’importe quel ustensile à ma portée pour arriver à mes fins. Avec les doigts, je finis par y arriver, mais je me fais un peu mal à coup sûr.

C’est bien parce que la trappe ne va pas s’ouvrir toute seule et conserve bien l’étanchéité. Mais c’est aussi quelque chose d’un peu contrariant. Un système avec un clip ou une fermeture spéciale aurait peut-être permis de garder les mêmes propriétés. Tout en permettant une utilisation plus simple. Maintenant, c’est peut-être mon modèle qui force plus que les autres ou moi qui suis un manche. Ce sont des possibilités que je n’écarte pas. 🙂 🙂 🙂

Storeva Xtrem drive - MacWay - Test matériel - Mickaël Bonnami Photographe
Le papier bulle dans la boîte en carton n’est vraiment pas nécessaire, mais dans l’ensemble il n’y a pas de vrais points négatifs à pointer.

Et le disque dur dans tout ça ?

Je ne vais pas trop m’étaler sur ce matériel en particulier même s’il fait partie du test complet. Un disque dur ça reste un disque. Tout ce que je lui demande c’est d’être fiable et pas trop lent. Ces conditions sont ici remplies sans souci, mais le test n’a que 2 mois. On verra si dans quelques mois tout ceci se confirme. J’éditerai l’article à l’occasion si j’ai des choses à dire. 😉

Ce qui est sûr, c’est que j’ai trimballé ce disque dur et que j’y mets réellement mes données. Je ne suis pas réellement capable de dire s’il est rapide ou lent. J’ai chargé un documentaire de 2,6 Go dessus et la vitesse d’écriture était entre 90 et 100 Mo par seconde. Cela ne me paraît pas énorme non plus, mais je n’ai pas regardé si j’étais sur un port USB 3.0. Encore une fois, j’utilise ce disque dans des conditions normales et en temps normal, je ne regarde pas où je branche mon disque. Je prends le premier port USB dispo sur mon PC fixe ou mon ordi portable. 😉

Ce qui est sûr, c’est qu’un disque dur de 500 Go de nos jours ça peut faire rire, mais je n’ai pas besoin de plus sur le terrain. Je ne pars pas non plus pendant plusieurs mois et même si c’était le cas, ça reste une capacité énorme pour des photos. Le gros avantage, c’est qu’un disque de 500 Go ça ne coûte pas très cher et c’est un super rapport qualité prix. Personnellement, je préfère mettre l’argent dans la protection physique de mes données que dans un disque dur externe de 6 Terra pour trainer dans les bois ou sur la plage…

Sinon, le montage du disque dur dans le boîtier Storeva Xtrem drive est très simple et rapide. L’outil pour le montage/démontage est fourni avec le boîtier et le branchement du disque dur se fait en moins d’une seconde. Il suffit de le faire glisser dans son logement et de refermer le boîtier. Même un bricoleur du dimanche comme moi y arrive, donc aucun stress à avoir de ce côté.

Décastar 2019 - Décathlon - Talence - Kévin Mayer
J’ai hésité à demander un peu d’aide à Kévin Mayer pour ce test… 🙂

Conclusion

Ben je pense que je vais garder tout ce matériel pour moi. 🙂

Pour ma propre utilisation, avoir un disque dur que je peux facilement trimballer est un plus. En formation photo, vous avez sûrement vu que je trimballais une belle pochette à bulles avec mon autre disque dur externe. C’est maintenant de l’histoire ancienne parce que je vais utiliser le Storeva Xtrem drive à la place. 🙂

Au-delà du disque dur qui peut être utile pour de nombreuses raisons en photo, la question de l’achat d’une protection spéciale peut se poser. Sincèrement, j’avais abandonné l’idée de trop trimballer mon disque dur parce qu’il reste fragile.

Maintenant que j’ai le Storeva Xtrem drive en ma possession… Ben oui je l’ai jeté par terre, dans le sable et l’eau, ils ne vont pas le remettre en vente maintenant… Je vais donc adapter ma pratique en fonction de ce matériel.

Si vous baroudez en dehors de chez vous et que vous êtes amené.e.s à transporter un disque dur régulièrement, l’investissement est intéressant. Si le disque dur aura forcément une durée de vie limitée, le boîtier résistant pourra en revanche servir très longtemps.

Pour vérifier si un investissement est bon, j’aime bien diviser le prix par le nombre d’années prévues (ou effectif après coup) d’utilisation. Un matériel bas de gamme à 50€, qui ne va tenir qu’un an, coûte bien plus cher qu’un équipement à 100€ qui tiendra 10 ans.

C’est logique, mais ça fait du bien de le lire et de s’en rendre compte parfois, surtout dans un monde où on recherche toujours le moins cher. Perso, je vise le bon rapport qualité/prix et j’essaye de faire en sorte de m’équiper de choses durables et utiles. Je fais au mieux en tout cas. 😉

Alors, vous avez besoin d’un disque dur externe increvable ???

Avez-vous besoin d’un disque dur externe pour la photo ? Avez-vous déjà utilisé un disque dur protégé par un boîtier ?

Vous avez aimé cet article ? Inscrivez-vous dès à présent à la newsletter, pour être informé de la sortie des nouveaux articles sur le blog !
A très bientôt !

Déjà plus de 1 012 abonnés à la newsletter ! Pourquoi pas vous ?